Les Français les plus riches: deux ou trois choses que l’on sait d’eux

Ce billet un peu long retire de l’étude de l’INSEE: Les très hauts revenus : des différences de plus en plus marquées entre 2004 et 2007, publiée en novembre 2010, les éléments les plus saillants concernant les 0,01% les plus riches de la population française. Il faut d’ailleurs saluer ce travail, car la situation des très très hauts revenus a longtemps fait l’objet d’une impasse statistique officielle.

Le rapport est consultable sur:

http://www.insee.fr/fr/ffc/docs_ffc/ref/REVPMEN10e.pdf


A quoi reconnaît-on un très très riche?

Pour son rapport, l’Insee s’est intéressée au 1% de la population qui dispose des plus hauts revenus, soit 84.500 € déclarés annuellement par unité de consommation (= 1 adulte par ménage). Surtout, l’INSEE donne des indications sur les 0,01% de la population les plus riches (le dernier dix-millime dit-on en statistique). Ce sont ceux-là qui sont visés par ce billet.

Cette catégorie comprend 5.800 personnes, dont les revenus déclarés par unité de consommation vont de 688.000€ à 13 millions € annuels. Autrement dit, pour appartenir à cette catégorie, il faut qu’au moins un adulte dans le ménage perçoive une somme supérieure à 688.000 € annuels.

Le revenu moyen déclaré de ces 0,01% est de 1,2 million € par an.

Quels sont les revenus perçus par les très très riches?

Les 0,01% de la population françaises perçoivent 0,6% des revenus déclarés en France.

98% de ces 0,01% perçoivent des revenus d’activité (comme tous les Français). Mais 98% perçoivent aussi des revenus du patrimoine, alors qu’un tiers seulement des 90% des Français les moins riches en perçoivent. 2/3 des très très riches perçoivent en plus des revenus exceptionnels, notamment des plus-values, alors que 1% seulement des Français en touche.

Le revenu moyen des très très riches se décompose donc comme suit:

Revenus d’activité: 1.475.000€

Revenus du patrimoine: 991.000€

Revenus exceptionnels: 562.000€

Les très très riches et l’impôt

On notera avec intérêt que 53% des très très riches payent un impôt inférieur à 25% de leurs revenus. Seuls 27,8% sont imposés à plus de 35%.


Portrait-robot du très très riche

Le très très riche a 55 ans, il est marié (75% des cas) et a un enfant à charge. Dans 4/5 des cas, il est propriétaire de son logement, et dans 2/3 des cas, il habite en Ile-de-France. Dans 10% des cas seulement il est divorcé. Dans 85% des cas, c’est un homme. Son logement fait entre 180 et 260 m2.

Dans 1 cas sur 2, il n’appartenait pas à la catégorie des très très riches avant 2006.  Il faut dire qu’entre 2004 et 2007, le nombre de personnes déclarant plus de 500.000€ de revenus a augmenté de 70%.

Quelle dynamique des très très riches en France?

Je cite une perle du rapport de l’INSEE:

« Alors que les revenus d’activité n’ont progressé que de 11% entre 2004 et 2007, les revenus du patrimoine et les revenus exceptionnels ont connu des progressions beaucoup plus fortes (46% pour les revenus du patrimoine, 55% pour les revenus exceptionnels). L’évolution de ces deux types de revenus, majoritairement touchés par les personnes les plus aisées, et principalement tirés de la possession de patrimoine, contribue ainsi à une hausse des inégalités dans le haut de la distribution. » (page 57)

Entre 2004 et 2007, les revenus des très très riches ont augmenté de 39%, alors que les revenus de la population française ont augmenté en moyenne de 9%. Cette tendance de fond explique l’accroissement des inégalités « par le haut ».