Accueil » Manifs interdites: l’état d’urgence vire à la dictature

état d'urgence

Manifs interdites: l’état d’urgence vire à la dictature

Ce texte a été lu3453fois

L’état d’urgence est une parfaite illustration de la façon dont les démocraties finissent: par glissements quotidiens, à coup de dénis et de protestations officielles de bonne foi et de forfaitures ahurissantes. La réaction des pouvoirs publics, aux abois sur un plan politique, face à des manifestations d’opposants, constitue une étape sur ce chemin de la dictature.

L’état d’urgence à Calais

Alors que les pouvoirs publics, obsédés par les problèmes parisiens et totalement indifférents aux difficultés des Français ordinaires, ont laissé s’installer une situation de non-droit à Calais, l’état d’urgence est désormais mobilisé pour mater les oppositions. Le 23 janvier, la préfecture autorisait une manifestation de migrants, qui a dégénéré. Voici ce qu’en disait la maire de Calais:

Le 23 janvier, lors d’une manifestation qui n’aurait jamais dû être autorisée, un groupe important de migrants a pu envahir le port et une partie d’entre eux ont même accédé à un ferry. Cet événement a montré la fragilité du dispositif de sécurisation du port, et démontré que la lande était hors de contrôle. Comme je ne peux accepter qu’une partie du territoire de ma ville ne soit pas sous contrôle, je demande au ministre de l’intérieur qu’on en sorte les gens qui n’ont rien à y faire et qui incitent les migrants à ce type d’action.

La maire faisait évidemment allusion aux militants no-borders qui ont infiltré les camps de réfugiés et y incitent à l’agitation. L’Etat ne cherche manifestement pas à les contrôler.

Ce week-end, la préfète du département avait en revanche interdit la manifestation de Pegida qui a rassemblé quelques dizaines de manifestants. Le leader du groupe, le général de la Légion Etrangère Piquemal, y a été arrêté et sera jugé en urgence ce lundi.

Il ne s’agit pas ici de défendre Pegida France, mais de pointer du doigt la partialité de l’Etat dans cette affaire, dont il ne sortira rien de bon.

L’état d’urgence à Marseille

Vendredi, une autre manifestation était interdite. Il s’agissait du rassemblement de l’Action Française sur la tombe de Charles Maurras dans le village de Roquevaire. On le voit: on est loin, ici, des logiques de manifestation dans des zones sensibles. Malgré tout, la préfète locale a invoqué l’état d’urgence pour restreindre la liberté de manifester:

« Ce rassemblement a suscité un appel à la contre- manifestation lancé par plusieurs associations et fédérations locales », précise la préfecture de police dans un communiqué.

Elle souligne que la « proximité des deux rassemblements » et une « récente série de heurts et agressions » impliquant des individus se réclamant de l’Action française font courir un « risque avéré de confrontation ».

Cette situation est, selon elle, « de nature à troubler gravement l’ordre public ».

« Par ailleurs, la forte mobilisation des forces de l’ordre sur l’ensemble des missions de l’état d’urgence ne permet pas d’encadrer ces rassemblements, ni même de contenir tout débordement », indique-t-elle.

Là encore, il ne s’agit pas de défendre l’Action Française, mais de constater le glissement par lequel l’état d’urgence est désormais invoquer pour justifier de sévères entailles à la liberté de manifester.

L’état d’urgence glisse vers la dictature

Peu à peu, l’état d’urgence révèle donc sa vraie nature. Alors qu’il était mis en avant comme le moyen le plus sûr de lutter contre la menace terroriste, il se transforme peu à peu en arme ordinaire pour contenir les divergences d’opinion dans un contexte où les tensions politiques se durcissent fortement.

La prorogation de l’état d’urgence envoie un signal supplémentaire de cette dangereuse dérive: la règle de droit devient l’exception, et l’exception au droit la règle.

Reste à voir quel trouble sera créé par le passage du général Piquemal devant la justice.

3 commentaires

  1. Joseph Favreau Juriste, chargé de cours et TD, directeur d'Ateliers culturels à la Sorbonne et en Associations d'éducation populaire dit

    La dictature post-soixantehuitarde a commencé très tôt à l’Education nationale. Un vieux truand fasciste, polygame et assassin, décoré de la francisque, envoyait les filles de parlementaires de ses amis faire signer des pétitions pour sa petite personne… et ses programmes plus ou moins communs. Les honorables administrateurs ou secrétaires qui refusaient de signer étaient menacés de révocation. Les militantes PS obtenaient d’énormes suppléments de primes et indemnités, et des promotions exorbitantes et scandaleuses. Ces phénomènes se sont évidemment multipliés … voir les fraudes aux élections universitaires et les nominations de cloportes politicards dans les Inspections générales (et la promotion au plus haut niveau de l’encadrement de candidates PS battues aux législatives après de multiples parachutages ou tentatives de parachutage).
    Le maître-mot des truands et séides PS s’adressant aux fonctionnaires qui voulaient s’efforcer de rester honnêtes : « Tu exécutes ou tu prends la porte ».
    Il faudrait des PIQUEMAL à l’Education nationale.
    JF Chevalier dans l’Ordre du Mérite Officier des Palmes académiques.

  2. yoananda dit

    Depuis Charly le gouvernement ne se cache pas que la solution à l’islamisation, c’est lutter contre l’estremdroate !!!
    La France se fait attaquer par les islamistes, la réponse du gouvernement est : « fermez vos gueules ».
    Ce n’est que la poursuite de cette politique, qui, ne peut pas s’appeler autrement qu’une guerre contre le peuple, ou … un gouvernement d’occupation pour être plus précis (cf le dernier post de h16, qui lui, ne voit que l’aspect légaliste et économique)

    Ces 2 cas récents de 2 poids 2 mesures est en réalité visible depuis des années. La fachosphère ne cesse de le dénoncer. La seule différence maintenant, c’est que ça devient tellement « gros » qu’on ne peut plus le cacher.

  3. Lafayotte dit

    La Dictature c’est « ferme ta gueule », la Démocratie cest « cause toujours »…
    La différence entre les 2 tient à l’état d’urgence chez nous assurément…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *