Accueil » Journal de guerre: l’histoire secrète du 13 novembre

13 novembre

Journal de guerre: l’histoire secrète du 13 novembre

Ce texte a été lu9238fois

Mis à jour le 31 décembre à 9h.

 

Le lecteur trouvera ici une fiche que je tâcherai de mettre à jour régulièrement sur l’histoire secrète du 13 novembre.

 

2010, Belgique

Salah Abdeslam, l’ennemi public n°1 après les attentats de Paris, est incarcéré en Belgique pour des affaires de braquage. En prison, il rencontre Abdelhamid Abaaoud, considéré comme le cerveau de ces attentats.

2010, France

Début de la radicalisation d’Ismaël Omar Mostefaï, l’un des assaillants du Bataclan, qui rentre dans le club fermé des « fiches S ». L’intéressé totalise cette année-là 8 condamnations sans aucune incarcération pour des faits de délinquance. Il est né à Courcouronnes, mais vit dans une zone pavillonnaire de Chartres. Il est en contact avec Abdelilah Ziyad, l’un des cerveaux d’un attentat qui a ensanglanté Marrakech en 1994. Cet émir, qui vivait clandestinement en France, a dirigé à Chartres un groupe radical d’une dizaine de personnes (dont Mostefaï), adepte des entraînements façon commando.

2012, Turquie

Installation d’Ismaël Omar Mostefaï en Turquie avec sa femme et son enfant de 2 ans.

Mars 2012, Toulouse

Attentat de Mohammed Merah contre des militaires puis contre une école juive. 

Juin 2012, Drancy

Samy Amimour (l’autre assaillant du Bataclan), machiniste à la RATP, démissionne et présente tous les signes de la radicalisation. Il fréquente activement un certain Charaffe el-Mouadan, benjamin d’une famille de huit enfants, à Bondy. Ce dernier semble avoir un ascendant sur lui et un troisième comparse, Samir B. Le groupe est en contact avec Abdoul M’Bodji, lié à la cellule niçoise Forsane Alizza. 

Septembre 2012, Belgique

Début de la radicalisation d’Abaaoud, à sa sortie de la prison de Forest.

Septembre 2012, Tombouctou

Abdoul M’Bodji a rejoint la police religieuse d’Aqmi, au Mali. Il propose à Charaffe el-Mouadan de l’y rejoindre, accompagné de Samy Amimour. 

15 octobre 2012, Drancy

Arrestation et mise en examen de Samy Amimour pour « association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste », comme deux autres jeunes. Ils sont soupçonnés d’avoir voulu rejoindre le Yemen pour faire le djihad. La justice les place sous contrôle judiciaire. 

En compagnie de Charaffe el-Mouadan et de Samir B., Amimour a emprunté 20.000 euros pour acheter du matériel de camping et de voyage préparant au jihad. Ils sont simplement allés à Tataouine, en Tunisie, pendant quelques jours. 

Février 2013, Syrie

Abdelhamid Abaaoud part en Syrie avec six autres Belges. Il y reste plusieurs mois et s’y fait appeler Abou Omar al-Baljiki (le Belge). Il crée une page Facebook appelée « La katiba al-muhajireen » qui lui permet de correspondre avec ses connaissances belges.

Septembre 2013, Belgique

Abdelhamid Abaaoud revient en Belgique. Il est vu à Molenbeek avec un homme qui est ensuite parti en Syrie.

11 septembre 2013, France

Samy Amimour, Charaffe al-Mouadan et Samir B. s’affranchissent de leur contrôle judiciaire et rejoignent Raqqa, en passant par Marseille, puis l’Italie et la Turquie. Selon les services turcs, il franchissent la frontière en même temps qu’Ismaël Omar Mostefaï.

Décembre 2013, Creutzwald

Hasna Ait Boulahcen, cousine d’Abaaoud, abandonne son emploi de gérante d’une entreprise de construction à Creutzwald, et revient en banlieue parisienne. 

Décembre 2013, Strasbourg

Foued Mohamed Aggad part pour la Syrie. Il fait partie d’un groupe de dix Strasbourgeois, âgés de 23 à 26  ans, originaires du quartier de la Meinau, qui s’exilent tous en même temps. Ces dix copains de ce quartier populaire de Strasbourg avaient leurs habitudes dans un bar à chicha de Kehl, sur l’autre rive du Rhin, en Allemagne. Ils reçoivent l’aide de Mourad Farès, soupçonné d’être l’un des principaux recruteurs français — il a été mis en examen et placé en détention provisoire à son retour de Syrie.

Certains reviendront à partir de février 2014. 

Janvier 2014, Molenbeek

Un frère de Mohamed Abrini, probablement lié aux attentats de novembre 2015, Souleymane, part en Syrie faire le Djihad. Il est tué huit mois plus tard. Il appartient vraisemblablement à la cellule d’Abaaoud. 

20 janvier 2014, Cologne

Abdelhamid Abaaoud, qui est en contact avec Mehdi Nemmouche, auteur de l’attentat au musée juif de Bruxelles (24 mai 2014), est contrôlé à l’aéroport de Cologne, où il s’embarque pour Istanbul, avec son frère Younès (13 ans) qu’il vient « d’enlever » à la sortie de l’école, et un Malien (mort au combat depuis lors).

Mars 2014, Syrie

Abdelhamid Abaaoud apparaît dans une vidéo en Syrie, où il « tracte » des cadavres derrière une voiture. Il menace la France d’attentats massifs.

Avril 2014, France

Retour d’Ismaël Omar Mostefaï et de sa famille.

Printemps 2014

Les services de renseignement surveillent le groupe de Chartres auquel appartient Mostefaï. Mais cette surveillance s’arrête en janvier 2015. 

Août 2014, Belgique

Mandat d’arrêt belge et international contre Abaaoud.

Novembre 2014, Turquie

Les services de renseignement turcs informent les services secrets français de la présence concomitante de Mostefaï et d’Amimour en Syrie l’année précédente. Cette information ne déclenche aucun processus spécifique de surveillance de la part de la police française. 

Janvier 2015, Turquie

Brahim Abdeslam est arrêté à la frontière syrienne, en Turquie. Il est renvoyé en Belgique où il est arrêté par les services de renseignement belge, en compagnie de son frère Salah, aujourd’hui recherché activement. Le parquet les relâche finalement en arguant: « nous n’avions pas de preuve qu’ils participaient aux activités d’un groupe terroriste ». Ils ne font l’objet d’aucun signalement. Ils sont longuement interrogés sur leurs relations avec Abaaoud, à propos de qui Salah Abdeslam déclare: « En dehors du jihad, c’est quelqu’un de bien. « 

15 janvier 2015, Belgique

Abdelhamid Abaaoud est probablement en Belgique lorsque la police belge déjoue un attentat en préparation dans un groupe installé à Verviers. Il quitte la Belgique à ce moment-là. Un attentat était programmé pour le 16 janvier. Le jour même, son troisième frère, Yassine Abaaoud, est libéré de la prison d’Audenaerde où il était détenu pour des faits de délinquance.

Février 2015, Belgique

Bilal Hadfi, étudiant à l’Institut Anneessens de Bruxelles (et kamikaze du stade de Seine-Saint-Denis), quitte la banlieue de Bruxelles pour la Syrie. Il revient probablement en juillet. L’équipe pédagogique de son école rédige un rapport sur les signes inquiétants de radicalisation qu’il présente. Ce rapport est bloqué par l’administration et n’est pas transmis à la Justice. 

Février 2015, Pays-Bas

Salah Abdeslam est arrêté lors d’un contrôle routier. Il est en possession de cannabis. 

Avril 2015, Bruxelles

Mohammed Abrini (voisin d’Abdeslam à Bruxelles dont le frère est mort en Syrie en 2014) est finalement condamné par la Cour d’Appel de Bruxelles à une peine de travail pour des larcins commis entre 2007 et 2010, alors qu’en premier instance il avait été condamné à une peine de prison.

Mai 2015, USA

Un rapport de la CIA met la France et la Belgique en garde contre des attentats plus élaborés de Daesh. Le rapport attire l’attention sur la personnalité d’Abaaoud. 

Juin 2015, Belgique

Un rapport des services de renseignement contenant une liste de 85 habitants à surveiller, dont les frères Abdeslam et Mohamed Abrini (qui conduit le 11 novembre la Clio ayant servi aux attentats), est remis à la bourgmestre de Molenbeek, qui n’intente aucune action. 

Juin 2015, Turquie

Mohammed Abrini est conduit à l’aéroport de Bruxelles-Zaventem par Abdeilah Chouaa et Ahmed Dahmani. Il se rend en Turquie. Nul ne sait s’il est passé en Syrie, même si les services de renseignement le soupçonnent de s’y être rendu. Il est de retour en Belgique en juillet, ramené par Abdeilah Chouaa qui l’a retrouvé porte de Clignancourt, après l’atterrissage d’Abrini à Roissy. 

Juillet 2015, Syrie

Les services de renseignement pensent reconnaître Younès Abaaoud, le plus jeune frère du cerveau des attentats, sur une vidéo le montrant en train de décapiter un officier syrien.

29 juillet 2015, Bruxelles

Le tribunal correctionnel condamne Abdelhamid Abaaoud par contumace à 20 ans de prison.

1 août 2015, Italie

Salah Abdeslam embarque le 1er août avec Ahmad Dahmani, djihadiste belge de 26 ans, à bord d’un ferry à Bari, un port du sud de l’Italie, à destination de Patras, en Grèce.

3 août 2015, Aulnay

Hasna Aït Boulahcen, cousine d’Abaaoud, affiche sur sa page Facebook un portrait d’Hayat Boumedienne armée d’une arbalète, la compagne d’Amedy Coulibaly, auteur de la prise d’otage de l’Hyper Cacher en janvier. Hasna écrit vouloir partir comme elle. Cette publication ne semble toutefois pas avoir alerté la police française, qui découvre l’existence de cette cousine après le signalement par les services marocains, le 14 ou le 15 novembre. 

4 août 2015, Grèce

Salah Abdeslam et Dahmani sont contrôlés à Patras, en Grèce. Parallèlement, commence une intense relation téléphonique entre Salah Abdeslam et Ali Oulkadi, un habitant de Molenbeek qui exfiltrera Salah de France le 14 novembre au matin.

5 août 2015, Bari

Salah Abdeslam est contrôlé par la police italienne, de retour de Grèce. 

6 août 2015, Conegliano

Salah Abdeslam verbalisé par la police italienne à Conegliano, au nord de Venise.

11 août 2015, Paris

Reda Hame, djihadiste français, est interpellé à son retour de Syrie. Il reconnaît s’être entraîné pendant six jours à Raqqa.

Cette fois-ci, le nom d’Abdelhamid Abaaoud apparaît de façon explicite. Il est désigné comme le commanditaire qui aurait demandé à Reda Hame de passer par Prague, pour éviter d’être repéré, avant de frapper la France. Il aurait remis au jeune homme une clé USB contenant des logiciels de cryptage et 2 000 euros en lui demandant de viser une cible « facile », telle une « salle de concert », pour « faire un maximum de victimes ».

Interrogé durant sa garde à vue sur l’existence d’autres projets d’attaques, Reda Hame avait prévenu les enquêteurs : « Tout ce que je peux vous dire, c’est que cela va arriver très bientôt. Là-bas, c’était une vraie usine, et ils cherchent vraiment à frapper la France et l’Europe. »

Mi-août 2015, Molenbeek

La police fait une descente au bar tenu par Brahim Abdeslam à Molenbeek: les Béguines. Elle y découvre des preuves manifestes de consommation de drogue.

Septembre 2015, Autriche

Salah Abdeslam est contrôlé par la police autrichienne au volant d’une voiture de location après qu’il a passé la frontière allemande. Il est avéré qu’il s’est rendu au moins deux fois en Hongrie en septembre.

9 septembre 2015, Hongrie

Salah Abdeslam récupère deux individus portant une fausse carte d’identité belge aux noms de Samir Bouzid et Soufiane Kayal à la gare de Budapest et les ramène en Belgique. Il est contrôlé à la frontière austro-hongroise en leur compagnie le 9 septembre. Il conduit une Mercedes de location. 

Septembre 2015, Paris

Abaaoud arrive en France, probablement avec d’autres migrants syriens.

Septembre 2015, Val d’Oise

Salah Abdeslam achète une dizaine de détonateurs dans une société de pyrotechnie du Val-d’Oise, Les Magiciens du Feu, à Saint-Ouen l’Aumône. Il présente son permis de conduire pour authentifier son identité. Le responsable du magasin revient toutefois, peu de temps après, sur sa version des faits.

30 septembre 2015, Molenbeek

Salah et Brahim Abdeslam cèdent leurs parts dans le café des Béguines et cessent leur activité. 

3 octobre 2015, Grèce

Deux des trois kamikazes qui meurent au stade de France sont enregistrés comme migrants et réfugiés syriens en Grèce.

10 octobre 2015, Agadir

Yassine Abaaoud, le frère d’Abdelhamid, est extradé par la police turque à Agadir. Il est détenu à la prison de Salé (près de Rabat), réputée pour ses conditions difficiles.

12 octobre 2015, Paris

Renouvellement de la fiche S d’Ismaël Omar Mostefaï.

5 novembre 2015, Molenbeek

La police ordonne la fermeture administrative du bar de Brahim Abdeslam pour « consommation de substances hallucinogènes prohibées ».

6 novembre 2015, Molenbeek

Salah Abdeslam réserve, avec sa carte de crédit, pour une semaine, deux chambres dans un appart-hôtel d’Alfortville (Val-de-Marne), la Polo noire ayant conduit le commando du Bataclan ainsi que la Clio retrouvée place Albert-Kahn, dans le XVIIIe arrondissement de Paris. La somme totale dépasse 3.400 euros. Brahim loue la Seat.

11 novembre 2015, 19 heures, Ressons

Salah Abdeslam et Mohammed Abrini sont filmés à bord d’une Clio noire (finalement retrouvée dans le 18è arrondissement) en route pour Paris, dans la station essence de Ressons. Il pourrait s’agir d’un voyage de reconnaissance.

12 novembre 2015, 3 heures, Bruxelles

Salah Abdeslam et Mohammed Abrini sont de retour à Bruxelles.

12 novembre 2015, Paris

La DGSE signale à la DGSI un appel d’Hasna Ait Bouhlacen annonçant l’imminence d’un attentat à Paris. La DGSI effectue une vérification et prévoit de rencontrer la DGSE à ce sujet le 16 novembre.

12 novembre 2015, 20h, Bruxelles

Les frères Abdeslam sont à Molenbeek. Ils se disputent dans la rue.

« Moi j’irai pas si j’ai pas l’argent! » Et l’autre il lui dit: « Non, tu vas y aller! » Il lui dit: « Moi si j’ai pas le pognon, je bouge pas. Sans pognon, j’y vais pas! » Et ça, ça s’est passé jeudi soir. »

Ce témoignage laisse penser qu’au moins un des deux frères Abdeslam commet les attentats en échange d’une promesse financière. Une telle motivation paraît peu compatible avec une logique de kamikaze.

13 novembre 2015, matin, Paris

Le SAMU organise un exercice de préparation à une attaque terroriste multiple. « Le scénario d’une fusillade sur différents sites avait été testé par les équipes du Samu de Paris ».

13 novembre 2015, Istanbul

La police turque procède à cinq arrestations. Les suspects sont soupçonnés d’avoir prévu de commettre un attentat majeur ce jour-là dans la capitale turque. L’un d’eux serait « Jihadi John », le Britannique accusé d’être l’un des bourreaux de Daesh.

13 novembre, 18h, Bobigny

La Clio quitte Bobigny pour Roissy. Elle reste garée une heure au terminal 2C entre 18h20 et 19h20. 

13 novembre 2015, 19h30, Paris

Une Polo noire immatriculée en Belgique avec au moins deux hommes à son bord se gare rue de Crussol, près du Bataclan. Un témoin affirme qu’elle était occupée par les terroristes qui ont attaqué le Bataclan. Ils auraient attendu plus de deux heures dans leur voiture avant de passer à l’acte. « Je suis allé les voir pour leur dire qu’ils étaient mal garés. Ils n’ont pas ouvert la fenêtre et m’ont regardé méchamment. On aurait cru des morts-vivants, comme s’ils étaient drogués. »

13 novembre 2015, 20h, Paris

Le frère d’Ismaël Omar Mostefaï, probablement stationné à cette heure-là rue de Crussol en attendant l’assaut du Bataclan, se rend au spectacle de Dieudonné, au théâtre de la Main d’Or. Il ajoute: « Je ne suis pas du tout antisémite. Je prône l’amour de son prochain. C’est juste pour me divertir. »

13 novembre 2015, 21h20, stade de France

Une première explosion a lieu à Saint-Denis, à hauteur de la porte D. Un kamikaze vient de se suicider: Bilal Hadfi, un jeune (20 ans) de Molenbeek. Il a semble-t-il actionné sa ceinture d’explosif, composée de TATP (explosif artisanal) et de boulons. Il tue un passant: Manuel Colaco Dias, 63 ans, chauffeur d’autocar portugais, installé depuis quarante-cinq ans à Paris. Les circonstances de cette explosion sont encore mal connues.

13 novembre 2015, 21h25, Paris

Une Seat Leon noire s’arrête à l’angle des rues Bichat et Allibert, près de l’hôpital Saint-Louis. Des tireurs en sortent et mitraillent les clients attablés au bar Le Carillon et au restaurant le Petit Cambodge. Certains affirment que l’un des tireurs a commencé par crier « Allah Akbar ». Une centaine de douilles est retrouvée sur place.

Des témoins affirment avoir vu deux tireurs, d’autres trois.

Les témoins indiquent que la voiture est ensuite repartie. Ils donnent toutefois peu de précisions sur la direction prise par les terroristes. Cette fusillade a fait 15 morts.

13 novembre 2015, 21h30, stade de France

Un deuxième kamikaze se fait exploser à hauteur de la porte H du stade de France, avenue Rimet. Il ne fait pas de victime. Le terroriste n’est pas encore identifié.

13 novembre 2015, 21h32, Paris

Une fusillade éclate rue de la Fontaine-au-Roi, d’abord à la terrasse du café la Bonne Bière, puis à la terrasse de la pizzeria Casa Nostra, à quelques centaines de mètres, des rues Bichat et Allibert. Selon un témoignage, un homme armé est arrivé seul, à pied, et a fait feu pendant une minute sur la terrasse du restaurant Casa Nostra, au coin de la rue de la Folie-Méricourt. Un autre témoignage soutient que c’est une Ford Focus noire qui s’est arrêtée à proximité.

La vidéo diffusée par le Daily Mail  ne montre qu’un tireur à la Casa Nostra.

Un médecin arrivé sur place donne ce curieux témoignage:

J’habite à quelques dizaines de mètre de la rue de la Fontaine au Roy. J’ai tout de suite reconnu le staccato des fusils d’assaut et sans perdre une minute je me suis précipité pour porter secours. La Casa Nostra n’avait pas encore été attaquée et 4 corps gisaient à la terrasse de la « Bonne Bière ». (…)

Que le temps a semblé long d’attendre l’arrivée des camions de sapeur ! 20 minutes c’est une éternité ! J’ai demandé d’urgence le renfort du médecin. Il n’y en avait pas. Le brigadier m’a dit que le SAMU arrivait. Alors j’ai demandé du matériel pour commencer le déchocage de la petite : pour la perfuser et l’intuber afin de la mettre sous assistance cardio-respiratoire. Il n’y avait rien ! Seulement de l’oxygène, des couvertures de survie et des garrots pour les membres. Même pas de morphine pour les blessés qui hurlaient de douleurs ! La petite a alors lâché et est partie entre mes mains… La fusillade à la Casa Nostra a commencé et il a fallu en catastrophe se replier à quatre pattes dans la brasserie en tirant les corps des morts et des blessés graves dans les éclats de verre et le sang comme des sacs de pommes de terre.

Ce témoignage (qui infirme la théorie d’une excellente préparation du SAMU à la séquence terroriste) laisse donc penser que vingt minutes au moins auraient pu séparer la fusillade de la Bonne Bière et celle de Casa Nostra, distants d’une cinquantaine de mètres à peine…

Un témoignage alternatif, donné par Paris Match, raconte ces circonstances curieuses:

On est passé faire quelques courses à la supérette qui se trouve le long du canal Saint Martin…En remontant vers le Faubourg du Temple, au niveau du Mac Donald, on a senti qu’on nous tirait dans le dos. On ne sait pas d’où ça venait, s’il y avait un ou plusieurs tireurs, c’était surréaliste. Je dirais qu’ils étaient à cinq mètres. Une ou des armes automatiques. Trente à cinquante coups de feu. (…)

Ca s’est passé au même moment qu’ils tiraient sur le Carillon et le petit Cambodge, rue Bichat, de l’autre côté du pâté de maison. On entendait les tirs au loin.

Si ce témoignage devait se confirmer, cela signifierait que les fusillades ont éclaté en même temps et sont le fait de deux équipes différentes.

Officiellement, cette fusillade qui donne lieu à des témoignages discordants, est le fait du commando en Seat noire, qui aurait comporté les deux frères Abdeslam et peut-être un troisième tireur (peut-être Abaaoud). Elle a fait cinq morts.

13 novembre 2015, 21h36, Paris

La Seat noire met, selon le Procureur Molins, 4 minutes pour parcourir le chemin qui la sépare de la rue Fontaine-au-Roi et de la rue de Charonne, ce qui, un vendredi soir, paraît une véritable gageure difficile à concevoir (les habitués du quartier savent combien il est pénible d’assurer la traversée d’Oberkampf le vendredi soir…). Elle s’arrête devant la Belle Equipe, au 92. Assez curieusement, c’est la séquence qui a donné lieu au moins grand nombre de témoignages. Si les tirs se concentrent sur le bar La Belle Equipe (19 personnes y laissent la vie), il semble que toute la rue soit mitraillée, y compris le Palais de la Femme où des passants se sont réfugiés. Un témoin reconnaît formellement Salah Abdeslam comme l’un des tireurs de la Belle Equipe. 

La voiture repart ensuite vers le boulevard Voltaire. Les policiers mettront un quart d’heure pour arriver sur les lieux, alors que le commissariat se situe à un jet de pierres des événements.

Selon certains témoins, la voiture ayant servi à conduire les tireurs n’était pas une Seat, mais une Mercedes. Ces témoins donnent une description différente des terroristes. 

13 novembre 2015, 21h40, Paris

Manuel Valls, qui habite le 11è arrondissement, à proximité des faits, est exfiltré vers la place Beauvau par un convoi de six voitures.

Au même moment, Brahim Abdeslam se fait exploser au comptoir Voltaire, près de la place de la Nation. Il blesse une serveuse.

Au Bataclan, une prise d’otage commence. Elle est menée par Ismaël Omar Mostefaï, Samy Amimour, de Drancy, et Foued Mohamed Aggad, originaire de Strasbourg. L’un d’eux envoie un SMS à un numéro de téléphone identifié en Belgique: « On y va, on commence ». La tuerie fait l’objet de nombreux témoignages. Elle cause la mort immédiate de 89 personnes qui assistaient à un concert. L’assaut est donné à 0h20 par les forces de l’ordre.

13 novembre 2015, 21h53, stade de France

Un troisième kamikaze se fait exploser au stade de France. Il s’est curieusement isolé dans une impasse, rue de la Cokerie. A côté de lui est retrouvé un passeport syrien au nom de Ahmad al-Mohammad, du nom d’un soldat de l’armée officielle mort plusieurs mois auparavant. Son identité n’est donc toujours pas confirmée.

13 novembre 2015, 22h, Paris

Salah Abdeslam est probablement celui qui gare une Clio noire près de la porte de Clignancourt. Son frère est mort 20 minutes plus tôt boulevard Voltaire. Il appelle le fils d’un imam radical de Molenbeek, Abdeilah Chouaa, et des amis bruxellois, Mohammed Amri, 27 ans, et Hamza Attou, 20 ans pour leur demander de l’exfiltrer en Belgique. Ceux-ci viennent le chercher en Golf.

Un peu plus tard, Salah Abdeslam semble repéré à Montrouge où il se serait débarrassé, rue Chopin, d’une ceinture d’explosifs.

La Clio est retrouvée mercredi, avec un papier sur lequel il est écrit « Roissy-Saint-Martin-République ».

Ce point précis de la chronologie pose en réalité problème, dans la mesure où Salah Abdeslam ne peut à la fois avoir conduit le commando du stade de France sur place comme l’indique la presse, avoir participé aux fusillades du centre de Paris et avoir amené la Clio porte de Clignancourt à 22h.

13 novembre 2015, 22h14, Montreuil

Abaaoud est filmé au métro Croix-de-Chavaux. Selon toute vraisemblance, il vient de déposer dans une rue de Montreuil la Seat noire qui a servi aux attentats et dont il aurait été le conducteur. Les localisations de téléphone portable laissent à penser qu’il a tourné pendant 15 minutes dans le 11è arrondissement après les attentats avant d’abandonner la voiture. Il est attesté qu’il a manipulé une des Kalachnikov retrouvées dans la voiture. 

Il est probablement accompagné d’un homme qui serait le troisième tireur. 

La justice identifie son téléphone portable sur les lieux des fusillades, Bataclan compris, entre 22h30 et 0h30.

14 novembre 2015, 5h, Paris

Salah Abdeslam entame son voyage de retour vers Bruxelles. 

14 novembre 2015, 9h10, Cambrai

Salah Abdeslam et ses deux compagnons de route sont contrôlés trois fois par la police française, dont une fois à Cambrai. Abdeslam, qui porte un gilet d’explosifs, n’est pas encore signalé comme suspect dans les attentats. Il n’est pas arrêté. 

14 novembre 2015, matin, Maroc

Yassine Abaaoud est tiré de sa prison de Salé pour un interrogatoire qui dure cinq jours. Selon toute vraisemblance, cet interrogatoire permet aux services français de localiser Abaaoud à Saint-Denis. Ce sont probablement les services marocains qui signalent aux services français le cas d’Hasna Ait Boulahcen, cousine d’Abdelhamid déjà mise sur écoute pour des affaires de stupéfiants, et identifiée par la DGSE.

14 novembre 2015, 13h, Bruxelles

Ali Oulkadi, un habitant de Bruxelles, vient chercher Salah Abdeslam à la station de métro Bockstael, à Bruxelles, et le conduit à Schaerbeek, dans la banlieue nord de la ville. Il le dépose rue Royale Sainte-Marie, près d’un dépôt de bus. 

14 novembre 2015, Antalya

Arrestation du Belge Ahmad Dahmani à Antalya. L’homme vient d’arriver d’Amsterdam. Il est soupçonné d’avoir effectué des repérages à Paris, en préparation de l’attentat.

16 novembre, 6h, Molenbeek

La police belge a « logé » Abdeslam à Molenbeek, au 47 rue Delaunoy, mais elle s’interdit de perquisitionner avant 10 heures du matin. Abdeslam parvient à s’exfiltrer discrètement du logement, grâce à l’aide probable de Lazez Abraimi.

17 novembre 2015, 18h00, Saint-Denis

Hasna Aït Boulahcen reçoit un virement par Western Union de 750 euros, depuis un bureau situé dans la banlieue bruxelloise, de la part de Samir Bouzid. A 22h, derrière un entrepôt d’Aubervilliers, elle récupère son cousin Abaaoud en compagnie d’un deuxième homme. Elle l’installe dans le logement de Saint-Denis proposé par Jawad Bendaoud, avec qui elle est entrée en contact par l’intermédiaire de Mohamed S., habitant des Hauts-de-Seine. 

18 novembre 2015, 4h20, Saint-Denis

Début de l’assaut contre l’appartement occupé notamment par Hasna Aït Boulahcen et son cousin Abdelhamid Abaaoud. Les deux intéressés y laissent la vie, ainsi qu’un troisième homme, un kamikaze que la police n’a toujours pas identifié.

18 novembre 2015, soirée, Aulnay-sous-Bois

L’appartement de la mère d’Hasna est « visité » par une dizaine de personnes venues dans des voitures immatriculées en Belgique. S’agit-il du frère d’Hasna, qui vit à Maasmechelen, près de la frontière hollandaise, et qui est donné comme parti en France après la mort de sa soeur? Les individus auraient « nettoyé » l’appartement avant la perquisition de la police, le jeudi après-midi.

19 novembre 2015, soirée, Bruxelles

Abraimi Lazez, habitant de Jette (banlieue de Bruxelles) est arrêté à Laeken au volent de sa Citroën. Les policiers y retrouvent une arme chargée et du sang, dont l’origine est inconnue. Il est interrogé pendant deux jours avant d’être inculpé. Durant son interrogatoire, il reçoit un texto: « Le Juif n’est pas là ». Il nie avoir vu Salah Abdeslam depuis les attentats. Considéré comme un personnage-clé dans l’enquête, son frère vit en Syrie. 

Share Button

51 commentaires

  1. Tof dit

    Ce fil des évènements peut être complété par ce papier du Mirror qui parle de la quatrième équipe, en Mercedes noire, avec des tireurs blancs au physique de culturistes, des machines à tuer :
    http://www.mirror.co.uk/news/uk-news/paris-attack-witness-says-black-6834503
    Dénoncer les théories du complot contre les « juifs », soit, c’est d’une imbécilité crasse.
    Mais les complots de l’OTAN et de GLADIO 2.0 dont on voit les traces baveuses à chaque étape de ces évènements ?
    S Abdelslam, visiblement et selon l’enquête d’Envoyé Spécial, s’engueulait avec son frère à propos de l’argent qu’il espérait de l’opération la veille au soir, jeudi. Il n’était pas parti se faire péter, mais gagner quelques ronds. Quand il a pigé que l’affaire tournait vilain pour son cul, il a plié les gaules, abandonné sa filière terroriste et appelé au secours ses potes d’enfance pour le sortir de la merde et le planquer. On retrouvera son cadavre. Les terroristes et l’Etat ne peuvent le laisser parler. S’il pouvait faire une vidéo et la poster pour dire sa vérité, on aurait des surprises.
    Il y avait donc à Paris le 13 novembre une équipe en Mercedes noire, avec des tireurs blancs et baraqués. Finalement, on retrouve un schéma classique : des barbouzes qui encadrent une équipe de salafistes débiles embrigadés et les liquident à la fin pour nettoyer les preuves et les empêcher de parler. 4 terroristes au moins se sont fait péter sans tuer personne ou presque. Non mais je rêve ou quoi ?
    Pour ma part, je commence déjà à parler du Coup d’Etat du 13 Brumaire 2015, au cours duquel les réseaux occultes au-dessus de la bande de branquignols qui nous gouvernent viennent de prendre le contrôle des forces armées françaises via le proxy otanesque. Se référer au fonctionnement du commandement intégré de l’OTAN. Comprendre le drame de l’abandon total de la souveraineté militaire de la France.
    Voilà maintenant des mois qu’on nous bassine avec la faillite du dollar, et tutti quanti.
    Si demain lundi, la Fed relève ses taux, comme vous l’avez si bien remarqué, c’est Bérézina assurée pour les pays de la zone euro qui vivent à crédit.
    A travers cette campagne de terreur, c’est un nœud coulant progressif qui se resserre autour du cou des gvts européens.
    Question : qui a intérêt à jeter aux orties l’ensemble de la classe politique européenne en la plaçant dans une situation d’échec et mat ?
    TAFTA ? TISA ? TPP ? FMI ?
    Ceux qui pensent que les USA et le dollar (Jovanovic) sont échec et mat devraient lire les articles de Martin Amstrong.
    On saura maintenant très vite à quoi va servir l’Etat d’urgence et le Coup d’Etat du 13 brumaire 2015, bien qu’il ne soit pas très difficile de le deviner.

      • Pierre dit

        C’est pourtant limpide : aux pays des aveugles, les borgnes sont rois.

        Tout est relatif. Oui les USA ont des difficultés intrinsèques… le but du jeu : en avoir moins que les autres.

        Donc faire chuter l’Europe, à tout le moins empêcher l’Europe de sortir la tête de l »eau en tant que puissance, c’est bien entendu un objectif stratégique de long terme pour l’Oncle Sam.

        • Pierre dit

          Je complète ma réponse.

          Une (petite) hausse des taux aux USA… ne provoquera pas la bérézina en Europe.

          Pour deux raisons :
          -cette hausse… sera vite étouffée par… une nouvelle baisse et un nouveau QE aux USA. On ne change pas une équipe qui perd.

          La fiction de la « recovery » aux USA devient de plus en plus difficile à dissimuler. Bientôt ils devront embrasser à nouveau le story telling de la récession.

          Et ça tombe bien, on a déjà trouvé le coupable ! la guerrrrrrrrrrrrrre au terrrrrrrrrrrrrorisme. Vous savez « Billy Du Hood » le gangsta-rappeur à 2 euros de banlieue contre qui nous sommes en gueeeeeeeeeeerrree.

          Eh bien en plus de tuer des gens, les djhadistes…. tuent l’économie !

          Avouez que c’est pratique !

          -la BCE de son côté, a déjà prévu d’augmenter son propre QE (allongement durée et élargissement des types d’actifs qu’elle peut racheter)

          Là aussi les élements de langage se mettent en place: « le pacte de sécurité l’emporte sur le pacte de stabilité ».
          Bref, on va ouvrir les vannes à pognon gratuit.

          Le Système, une fois de plus, se joue de tous les pronostics des cassandre.

          Avouez que c’est bien gaulé, non ?
          😉

          Bref… Il ne se passera rien. Du moins pas grand chose.

    • J dit

      Le Mirror est un torchon qui n’a pas grand chose de sérieux. Essayez de trouver des sources plus sérieuses.
      Peut être que vous ne le savez pas mais les témoins occulaires ne sont en rien fiables. Combien de témoins ont dit avoir vu un noir alors que c’était un blanc ou l’inverse.
      Il faut arrêter avec les délires complotistes. Réfléchissez deux secondes cet attentat ne profite en rien aux USA car il a pour conséquence d’effectuer un rapprochement entre la France et la Russie

    • J dit

      Cela fait longtemps que la non fiabilité des témoins a été démontrés par les criminologues.
      J’imagine que pour vous les kamikazes n’existaient pas ? que c’est une invention ?

    • J dit

      Le témoignage me parait plus que douteux. Même si je ne suis pas expert militaire, je crois que je connais suffisamment le milieu pour vous dire que si c’était vraiment des militaires ou des mercenaires, ils porteraient un masque. Vous croyez sérieusemment que ce genre de types auraient mené de tels opérations à visage découvert ? Vous êtes très naif.
      Vous ne pouvez quand même pas nier l’implication de terroristes islamsites ? Ce serait bizarre d’avoir un attentat avec et des mercenaires et des islamistes.
      Vous savez depuis quand les services de sécurité disaient qu’il y allait avoir ce genre d’attentats en France ? Depuis 2008. Ce qui est étonnant ce n’est pas d’avoir eu un tel attentat en France mais de ne pas en avoir eu avant.

    • J dit

      « . Comprendre le drame de l’abandon total de la souveraineté militaire de la France » Ce drame il est très simple et se résume dans le fait que la France a préféré priviligé l’état providence au dépends des fonctions régaliennes. Si la France a perdu sa souveraineté militaire c’est uniquement de sa faute et ce n’est pas parce qu’elle rentrée dans l’OTAN mais à cause de la baisse des dépenses militaires. Une France militairement souveraine c’est une France qui dépense 4 ou 5 % du PIB en dépenses militaires. Ce qui a peu de chances d’arriver vu que les politiciens veulent se faire réélire et donc privilégient l’état providence. Il n’y a pas de complot.
      Vous ne valez pas mieux que les gens qui accusent les juifs sauf que pour vous c’est les USA. Il est clair que vous êtes un anti américain primaire. Vous êtes incapable de voir que c’est la Russie qui profite le plus de ses attentats(attention, je ne suis pas comme vous. Je ne crois pas une seconde que c’est la Russie a montée un complot). Or j’imagine que pour vous, les USA veulent détruire à tout prix la Russie. Donc les USA se seraient nui à eux mêmes en suivant votre logique
      Vous êtes incapable de comprendre que ce genre de complot finirait par être découvert car il implique tellement de gens (exécutants, enquêteurs, commanditaires,…) qu’il serait impossible à tenir secret.

    • J dit

      Vous êtes tellement aveugle que vous ne voyez pas une chose. Les USA n’ont pas besoin de faire des complots si ils veulent des attentats islamistes en France. Ils leur suffit de ne plus donner de renseignements aux francais ou même de mettre les francais sur des fausses pistes tout cela pour empêcher les services de sécurité francais de déjouer les attentats. C’est bien plus simple et plus efficace. Amoindrir l’efficacité des services de sécurité francais (en ne coopérant pas) est bien moins coûteux , moins risqué et bcp plus facile à faire

  2. Tof dit

    Ecroulement des Etats européens et fusion euro + dollar, avec TAFTA comme berceau juridique telle sera la réponse. C’est totalement vital pour les USA, car, si l’axe euro-atlantiste s’écroule, l’axe euro-asiatique prendra immédiatement le relais, signant la faillite définitive du porte-avions US. Le porte-avions US joue sa peau. Sa survie ne dépendra que de sa capacité à vassaliser toute l’Europe en la coupant de Moscou, quitte à provoquer sa faillite pour ensuite la renflouer au prix de la casse.
    Sans la tutelle US, une Europe souveraine cracherait 3% de croissance en ce moment.
    Il n’y a en fait que 2 mondialismes qui s’affrontent : la pax americana vs la pax universalis.

  3. Gordion dit

    Il se pourrait qu’il y ait quelques incohérences dans le récit du procureur de la République. Si cela se vérifie, il pourrait s’agir soit de faits non connus du procureur, soit d’erreurs de sa part, soit d’une dialectique de communication qui lui aurait été imposée par la place Vendôme sur instruction.

    Il sera intéressant d’observer dans les jours qui viennent les commentaires ddes Ministères de l’Intérieur, de la Justice, et de Matignon sur ces incohérences et témoignage « Daily Mirror ». Si coup fourré il ya eu, un fusible devra sauter, voir vers qui le boomerang va revenir.

    Gardons-nous de tirer des conclusions hâtives, et encore plus de crier au complot américain. On ne vas nous resservir les délires du complot américain sur les attentats du 11 septembre 2001 j’espère!

  4. Tof dit

    Le CDG est arrivé sur zone. Dans une ambiance colin Maillard, vu que les russes aveuglent tout le monde autour de Lataquié dans un rayon de 300km avec leurs contre-mesures électroniques.
    Eh les mecs, et si le CDG était attiré dans un piège pour s’en débarrasser ?
    Pour le reste, je persiste et je signe : le coup d’Etat du 13 Brumaire 2015, entériné le 18 (anniversaire) au soir par la coordination des réseaux occultes qui ont mis en rang les dépités à tout à voir avec le contexte financier et économique, et la troisième guerre mondiale a bien commencé le 1er octobre 2015 quand Poutine a engagé sérieusement Daesh.
    Effectivement en temps de guerre, on peut laisser filer les déficits et même cesser de rembourser la dette. Comme le dit Martin Amstrong, le cycle guerrier se superpose parfaitement au cycle économique.

  5. Patrick Stan dit

    Et si on ramenait à la maison, c’est-à-dire en FRANCE, les troupes d’élite (la Légion) au lieu de les laisser en Afrique ? Pourquoi ne pas les envoyer nettoyer les banlieues ? Je suis

  6. ntute dit

    Il y a un blanc três troublant dans votre recapitulation du timing:
    21h40: prise d’otage et carnage au Bataclan
    0h20 : assaut des forces de sécurité.
    Et entre temps????? les forces de sécutité étaient sur place avant 22h.
    Pourquoi ont-elles attendu pour donner l’assaut?
    Est-ce vrai qu’elles attendaient le feu vert du gouvernement et que ce feu vert n’a été donné qu’après ce délai de 2h30?
    Est-ce vrai que que pendant ce temps là les terroristes ont pu vider TOUS leurs chargeurs? est-ce vrai qu’après ils ont eu encore le temps d’achever les blessés en les égorgeant à l’arme blanche?
    Qui peut me dire que cela n’est pas vrai?
    Qui peut dire comment a été prise la décision d’assaut? pourquoi il n’a pas été donné plus tôt?

    • Pierre dit

      Vous faites du mauvais esprit.

      Tout le monde sait que le boulot des forces de l’ordre est de « capturer vivants »… ceux qui sont vêtus de ceintures d’explosif et qui souhaitent rejoindre leur Dieu le plus rapidement possible…

      [je n’ose pas mettre un smiley… vu le sujet]

      D’où les 3 heures… Pour « négocier » là où il n’y avait rien à négocier. Ce doit être la fameuse méthode Hollande…

      Nous sommes la risée -tragique- du monde : face à des kamikazes déterminé à tuer le plus grand monde, nous attendons…. 3 h pour intervenir…

      Le temps que les terroristes fassent « du bon boulot » (pour reprendre l’expression du cher Fabius au sujet des djihadistes « modérés » en Syrie…).

    • gérard dit

      J’ai pensé la meme chose.Ma conclusion:le préfet a donné des ordres pour qu’il n’y ait pas de policier tué a aucun prix.Il semble qu’il y ait eu pas mal de policiers sur place très vite et que certains soient meme entrés engager le combat.De nombreuses vies de civils auraient sans doute pu etre sauvées au prix de certains sacrifices chez les forces de l’ordre.Je ne souscris pas a l’hommage fait a la police,ils ont manqué a leur mission.L’état a fait ses choix une fois de plus…le citoyen ne vaut pas grand chose face a la communication et aux symboles…

  7. Des blancs baraqués qui encadrent des arabes débiles pour mieux empêcher les 3% croissance à quoi l’Europe à droit ! Pas mal… Pas du tout complotiste en effet…
    Etonnant que le monde soit partagé en autant de groupes de connards différents: ceux qui veulent trouver un sens à des massacres hasardeux, ceux qui veulent absolument éviter les amalgames, ceux qui rêvent de blancs baraqués en mercedes. Partout le même déni du réel. Saoule toi la gueule à la santé des morts, mon coco, c’est le plus grand bien que tu puisse te faire!

  8. Tof dit

    Hop hop hop, les insultes, là, pas d’accord !
    Dans les années 70, l’OTAN utilisait les réseaux GLADIO/Stay Behind pour mener des opérations terroristes en Europe, comme la gare de Bologne ou les tueurs du Brabant avec des proxys d’extrême gauche manipulés en façade et les services en coulisse.
    Au milieu des années 70, la CIA a instrumentalisé l’Islam, d’abord en Afghanistan, à l’époque sur le chemin de la modernité, et partout ailleurs ensuite.
    La Burqua, tenue traditionnelle des afghans, vraiment ?
    http://www.messynessychic.com/2013/06/10/lost-in-time-groovy-afghanistan/
    Mais laissons parler le Rabin Dynovisz :
    https://www.youtube.com/watch?v=MAZ8R5vE0fo
    Que dire de plus ?
    N’oublions pas que nos gvts successifs depuis Giscard ont d’abord laissé s’installer une immigration de peuplement en grave décalage temporel avec la « modernité » européenne, pour ensuite les instrumentaliser en leur faisant détester la France, grâce à SOS Racisme, en les victimisant de façon systématique, avant que Sarko ne confie l’Islam de France aux frère musulmans, financés au moyen Orient et n’envoie nos immigrés dans leurs bras.
    Alors que Lang faisait la promo du rap et des tags, je m’étais dis à l’époque que si on avait créé des cités multi-modales avec sport, musique, arts plastiques, etc…., le tout accompagné d’une réforme sévère du secondaire, on aurait pu faire sortir par le haut cette immigration difficile à avaler.
    Mais non, les socialauds et ensuite la droite ont préféré considérer qu’un bon immigré est soit rappeur, soit taggueur, soit footeux.
    Je ne connais pas pires racistes que les socialistes. Voilà maintenant 3 ans qu’ils ont fait du racialisme leur grille de lecture des phénomènes sociaux, tout en s’approvisionnant en valises bien garnies auprès des moyen-âgeux du Golf, tout en prenant en otage la population juive de France (forcément alliée de Netanyahou sans jamais lui demander son avis), ce qui en aussi fait des antisémites de premier plan, et enfin, la population homosexuelle jetée en pâture à la populace pour légaliser la GPA pour les couples hétéros riches et dégénérés.

    LES SOCIALISTES SONT LES VRAIS RACISTES, ANTISEMISTES, ISLAMOPHOBES, HOMOPHOBES, et j’arrête là, la liste est trop longue.
    Cela ne fait pas de moi pour autant un islamophile, loin de là. Mais si l’on n’avait pas laissé à dessein aux arabo-musulmans d’autre chemin que le religieux vs le laïc d’un Nasser, par exemple, le monde arabe serait aujourd’hui à nos côtés en terme de « modernité », et non pas aux fond de ses mosquées en ruminant une lecture eschatologique d’un avenir qui a toutes les allures de la fin du monde.
    Depuis 1991, on a buté au jugé 4 millions d’arabo-musulmans et détruit au moins 5 Etats.
    A ce stade, et toutes les parties étant maintenant chauffées à blanc, ça ne peut que finir en boucherie.
    Erdogan a t-il sciemment tiré le SU24 russe pour engager l’OTAN à ses côtés ?
    Le CDG reviendra t-il du golf ? ça arrangerait tellement de monde de le voir par 4000m de fonds.

  9. @TOF
    Attribuer à l’Otan les tueurs du brabant et les attentats de bologne d’il y a 40 ans est tout à fait débile. Vous vous égarez complètement.
    Votre rabbin m’emmerde je n’ai pas le temps de suivre ses prêches, de lui ou d’houfeyda. Que dit il en deux mots ?

    Je suis d’accord avec ce que vous dites des socialistes et de l’immigration mais m’arrête (brusquement) au mot « islamophobe »: ce mot est l’arme préférée des communautaristes de l’islam politique et de tous les idiots utiles blancs qui les soutiennent.
    Le monde arabe est en convulsion voilà la réalité et l’amérique n’a rien à voir là dedans, pas plus qu’Israël: une culture autoritaire et superstitieuse à l’arrêt, incapable de se développer économiquement, vivant aux crochets de l’argent du pétrole des plus veinards d’entre eux. Partout ailleurs, ressentiment, misère et jalousie et surtout surtout frustration sexuelle à tous les étages connectée sur redtube.
    Au sujet d’Erdogan, on va voir si Hollande et Obama vont voler à son secours si il se ramasse une beigne en retour de sa boulette, mais j’en doute.

    Le porte avion ne joue pas au golf, il est en méditerranée orientale.

  10. @gerard un policier est entré au bataclan avec un pistolet et a tué un type en se faisant arroser à la kalachnikov. Y a pire comme policier trouillard: honneur à lui!

    Après son intervention, les tirs se sont arrêtés et il ne s’est rien passé pendant deux heures avec des otages qui furent menacés. Il semblerait qu’ils aient cherché à gagner du temps et oui il y eut une tentative de contact avec les types. Charger deux kalachnikovs en tir alterné dans un couloir avec un bouclier, tout ça pour sauver des otages qui font écran a fini par régler le problème.
    Pour les 80 morts, tout s’est passé en quinze minutes…
    Voilà ce que j’ai cru comprendre: j’ai faux ?

    • gérard dit

      @François:oui il semble que vous ayez faux:ceux qui étaient pris dans la nasse ont envoyé appels et textos pendant deux heures,appelant au secours ,disant qu’ils étaient exécutés et torturés un par un.Je n’y étais pas,mais c’est ce que j’ai lu dans les premiers compte rendus avant que cela ne disparaisse.Au tout début il pouvait bien y avoir une vingtaine de policiers sur place dont certains équipés d’armes lourdes(voir les vidéos).S’ils étaient intervenus a la suite du commissaire,ils auraient eu probablement des pertes mais ils auraient sauvé des vies.Rien n’est facile dans ce cas,mais c’était leur mission,on l’oublie un peu vite.Les policiers ne sont pas coupables,ils agissent sur ordre du préfet.D’après les témoignages de ceux pris dans la nasse,les services de police étaient complètement débordés et affolés au standard téléphonique.Et a votre avis ,pourquoi le commissaire courageux qui est entré et a abattu un islamiste n’a pas continué?Les gens ont ils été torturés?bref,beaucoup de zones d’ombre comme d’habitude

  11. @Gerard, désolé: les policiers ont investi le rez de chaussé peu après que le premier kamikaze se soit fait allumer. Ils ont évacué les blessés à partir de ce moment là (22H15). Les types étaient enfermés au premier étage.
    J’ai parlé avec un ami d’un de ceux qui étaient cachés de l’autre coté d’une cloison et qui entendaient tout: les types, parait il, étaient tout affairés à tenter de préparer une bombe et s’engueulaient à ce propos. La presse n’en a pas parlé, mais ça ne veut pas dire c’est vrai pour autant.

    Si vous voulez absolument vous plaindre, je vous conseille plutôt de vous en prendre à Hollande Valls et Taubira.
    Hollande pour sa guerre à la Russie pendant tout 2015, Valls pour sa guerre à Dieudonné, et Taubira pour sa guerre contre les condamnations à la prison de la jeunesse issue de l’immigration. Ceci au nom de l’esprit du 11 Janvier, invoqué toute l’année pour finalement faire passer la loi Macron.
    Cela ne doit pas vous intéresser, ce n’est pas un complot, c’est explicite et public.

  12. Nanker dit

    « Le Mirror est un torchon qui n’a pas grand chose de sérieux. Essayez de trouver des sources plus sérieuses »

    La presse de caniveau british évoquait aussi le « témoignage » d’une Anglaise coincée dans la Bataclan qui avait « vu » les terroristes éventrer certains otages à coups de couteau…
    Du grand n’importe quoi.

  13. Je ne comprends pas l’objet de cet article. Vous quittez votre objectivité et des apports relativement objectifs de votre blog ordinairement.
    Quel est votre but, que voulez-vous démontrer?
    Serait-ce le café du commerce?

      • Dans les blogs politiques vous êtes en position 14/100 ; cela est une très belle position qui pourrait d’ailleurs monter.
        Je ne lis pas les 100, seulement une petit dizaine, vous êtes de ceux-ci car vous apportez quelque chose de nouveau .

        Mais votre article de reconstituer des évènements que vous ne pouvez maîtriser réellement et dont vous n’avez pas tous les leviers, je vous pose la question quel est l’objet final de cela?
        Je n’ai personnellement aucun intérêt mais je trouve qu’en n’identifiant pas votre but, on ne comprends à qui ou quoi il sert.

        • Le but est d’abord personnel. Récapituler les événements et confronter les versions me paraît une démarche intellectuelle de base pour éviter la désinformation. Après, chacun en tire les conséquences qu’il veut. Pour ma part, il me semble que cette chronologie montre bien que les attentats sont le produit d’une intense préparation « internationale » qui est à l’oeuvre depuis plusieurs mois. Cela infirme la théorie des « loups solitaires ».
          Maintenant, je fais le choix de répondre à la question que vous ne posez pas clairement mais que je crois lire entre vos lignes. Je n’imagine pas qu’il y ait eu un « complot » français qui soit à l’origine de ces attentats, en revanche il y a eu de gros ratés de nos services dans la surveillance des terroristes. Ceci n’exclut pas que les cinglés de Daesh soient à un degré plus ou moins intense épaulés ou « drivés » par des services professionnels, comme les services secrets turcs. C’est une hypothèse qui me paraît devoir être prise en considération sans aucune certitude ni affirmation péremptoire.

          • Je n’imagine aucunement un complot.
            Lorsque je pose une question elle est toujours clairement posée et si cela avait été le cas je l’aurai posée.

            Et pour reprendre l’idée complot… elle était dans ma remarque : café du commerce!
            Je comprends bien que vous ne puissiez gérer la parole mais il y a des déviances dignes du comique et c’est encore pourquoi j’ai utilisé votre délaissement objectif que j’avais noté jusqu’à présent.

            Ma foi, je n’ai pas à vous juger et je regrette de devoir vous dire tout cela. La qualité des blogs politiques n’est pas à la hauteur d’un dialogue réellement politique. Comme j’avais trouvé le vôtre intéressant, j’ai un peu de déception que j’espère passagère.
            Bien cordialement.

  14. SERGIO dit

    Pour faire dans l’anecdotique, pour moi Stencil ça fait « années soixante », du temps des machines à écrire mécaniques je ne vois aucun rapport avec les GI. Au fait savez-vous ce qu’était un stencil.

  15. Lestrac dit

    @ Eric : Une autre hypothèse pourrait être non pas les services secrets turcs, mais les services secrets syriens, qui du temps du père ASSAD, ont déjà œuvré au nez et à la barbe de nos propres services dans les années 80.
    Cherchez à qui le crime profite : is fecit cui prodest . Et a priori, le revirement partiel de Hollande semble montrer qu’il a compris ou est l’ennemi…

  16. Charles Maurice dit

    Très heureux de vous connaitre par le biais de contrepoint cher monsieur…

    Pas mal encombré de crétins vos comm – avec moi un de plus…

    Je voulais juste aujourd’hui témoigner de mon respect devant vos écrits, je reviendrais après lecture et réflexion vous faire part de mes remarques, mais dés aujourd’hui, comme a dit cette dame à Groucho, merci d’exister…

    Salutations distinguées

  17. Aristarkke dit

    Vous allez encore pouvoir apporter des correctifs. Voilà que Le Figaro, reprenant le dossier du Monde, relate que l’ assaut de St Denis prend de plus en plus l’ allure d’une pantalonnade tellement les incohérences sont de plus en plus énormes (en version relatée par les procès verbaux….)
    Entre 1.500 et 5.000 munitions utilisées par le RAID pour venir à bout d’un trio surarmé d’ un pistolet automatique équipé d’un seul chargeur (pour trois!) qui les aurait accueillis avec des tirs nourris, des heures d’assaut où Abaaoud meurt par suite de l’ effet de déflagration + projection des boulons du djihadiste inconnu qui se fait exploser, sans que le premier cité n’ait reçu un seul pruneau même non létal, Hasna qui meurt d’asphyxie et donc le troisième explosé dont l’état résiduel empêche de conclure quant à sa réception d’un pruneau. Entre nous, les James Bond deviennent crédibles….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *